Le Courrier - Suisse

En France, quelque 300 000 personnes ont répondu à l’appel syndical pour cette première mobilisation contre la réforme du code du travail. D’autres journées de lutte sont déjà annoncées.

C’est la première mobilisation sociale du quinquennat d’Emmanuel Macron. Un an quasiment jour pour jour après la toute dernière mobilisation contre la Loi Travail (LT), la CGT, la FSU, Solidaires et l’UNEF appelaient à protester contre le nouveau texte, qu’ils qualifient de «Loi Travail XXL». Considérées comme une «régression sociale», les ordonnances réformatrices seront présentées en Conseil des ministres le 22 septembre et devraient être publiées au Journal officiel trois jours plus tard, avant même leur ratification au parlement.

«On s’est préparé depuis la fin du mois de juin pour cette mobilisation. On a distribué plus d’un million de tracts. Il y a eu une volonté de mobiliser à la hauteur de l’enjeu social que représente la remise en cause du droit du travail», explique Anne Le Loarer de l’union régionale de la CGT.

Plusieurs mesures focalisent l’ire syndicale. Dont le plafonnement des indemnités en cas de licenciement indu, la réduction des délais de recours des salariés ou encore la possibilité de négocier sans la présence d’un syndicat dans les entreprises de moins de cinquante salariés – soit l’immense majorité des sociétés françaises –, des accords dérogeant sur certains points des standards de la branche.

Macron dans le viseur

Les premiers défilés ont commencé dès 10h, hier, dans différentes villes de provinces. La manifestation principale avait lieu à Paris dès 14h sur la place de la Bastille, haut lieu de la contestation syndicale. Fonctionnaires, enseignants, personnels hospitaliers, ainsi que des étudiants et lycéens ont défilé en scandant le slogan «Les ordonnances de Macron, c’est la loi des patrons». A la différence des manifestations anti-LT précédentes, c’est la personne du président lui-même qui cristallise aujourd’hui les revendications, et non la ministre du Travail.

«C’est un test réussi», se félicitait Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Les organisateurs annoncent ainsi 400 000 manifestants sur l’ensemble de la journée, contre 223 000 pour le Ministère de l’intérieur. Le syndicat a recensé au total près de 200 manifestations à travers le pays. La journée était aussi marquée par des milliers d’appels sectoriels à la grève, avec des perturbations dans les transports.

...

Lire la suite de l'article sur le site du Courrier

Details:
Eloise Bollack / Le Courrier
September 13, 2017
Categories:
Publication
Tags:
France
Loi Travail
Manifestation