Publication Le Courrier Suisse

Le traitement des enfants palestiniens malades du cancer dépend souvent du bon vouloir des autorités israéliennes. A Gaza, les restrictions empêchent tout traitement sur place. Reportage.

L’absence de structures médicales appropriées et les pénuries régulières de médicaments obligent la quasi-totalité des enfants de Gaza et 20% des enfants de Cisjordanie atteints de cancer à se rendre de l’autre côté du mur pour leur traitement médical, en Israël ou à Jérusalem-Est – ville qui est de facto annexée par le mur de séparation.

Là encore, le système d’obtention des permis, les heures d’attente aux postes frontières, la barrière de la langue, le coût des soins et l’isolement font du traitement médical des enfants palestiniens à Jérusalem-Est ou en Israël un réel parcours du combattant pour leurs familles.

Hana, 8 ans, est originaire de Khan Younis, ville du sud de la bande de Gaza. Elle est aujourd’hui traitée par chimiothérapie à l’hôpital palestinien Augusta Victoria, à Jérusalem- Est. Ses parents s’étaient rendus dans tous les hôpitaux de la bande assiégée, recherchant désespérément un diagnostic pour leur fille. Lorsqu’elle n’a plus pu marcher, les docteurs ont fini par demander son transfert à Jérusalem-Est. En quelques heures, la réponse est tombée: leucémie.

En raison de l’occupation et du blocus israéliens, la Cisjordanie et Gaza ne disposent souvent pas du matériel médical nécessaire pour soigner les enfants malades du cancer. Ici Baraa, 5 ans, à l’hôpital palestinien Augusta Victoria de Jérusalem-Est.

La Palestine démunie
Les infrastructures médicales de Gaza ont été dévastées lors des attaques israéliennes de ces dernières années, rendant les capacités hospitalières pour les patients atteints de cancer très insuffisantes. Il n’existe aujourd’hui qu’un seul service d’oncologie et d’hématologie pédiatrique à l’hôpital pour enfants d’Al-Nasr, dans la ville de Gaza: treize lits et une équipe de quatre médecins.

Un espoir venu des Etats-Unis
Un service hospitalier d’oncologie pédiatrique digne de ce nom pourrait voir le jour dans la bande de Gaza. C’est du moins le projet du PCRF, une ONG humanitaire étasunienne offrant des soins médicaux gratuits aux enfants du Moyen-Orient. Interview de Steve Sosebee, son directeur.

Mahmoud Al Khatib est un garçon de 4 ans originaire de Birzeit, une village au nord de Ramallah en Cisjordanie. Il a été diagnostiqué avec une leucémie au début 2014 et il est en traitement pour deux ans au département de cancérologie pédiatrique Huda Al Masri à Beit Jala dans le sud de la Cisjordanie

Lire la suite de l'article sur le site du Courrier

Details:
Eloise Bollack / Le Courrier
July 4 2015
Categories:
Publication
Tags:
Cancer
Children
Palestine